UNIVERS des RESSOURCES
UNIVERS des RESSOURCES

« Dès lors qu’on s’attache à une pensée, elle devient une croyance ».

Accompagner les personnes en leur permettant de réfléchir sur ce qu’elles pensent, croient, s’imaginent, est source d’informations riches pour elles-mêmes. Ceci peut être fait par chacun d’entre nous. Se poser les questions sur ce qu’on se raconte. Les pensées apparaissent soudainement et disparaissent aussi rapidement, mais on les retient parce qu’un affect émotionnel s’exprime. De plus, on s’identifie à ces pensées alors qu’elles sont construites sur l’interprétation d’un ressenti.

Mais, dès lors que le corps émotionnel réagit, c’est toute la « persona » qui vibre à cette fréquence si sensible parce que souffrante. Celle-ci va donc réagir dans des attitudes en résonance avec ce qu’elle a éprouvé. Les expériences vont corroborer ces comportements car on oublie trop souvent que nous créons notre vie à partir de nos pensées.

Si on souhaite cesser cette spirale interminable et déprimante, une solution est facile à mettre en place. Prendre un temps, pour s’interroger sur nos états négatifs, sans se condamner, sans se juger, en notant que ce n’est qu’une partie de notre être qui est impactée et non la totalité, permet de ne plus subir de plein fouet les émotions. Se retirer en soi, pour constater les blessures et chercher à comprendre ce qu’elles expriment, facilite le premier pas menant vers le détachement.

Ce travail permet d’une part, une prise de conscience sur nos états internes et d’autre part, de stopper ainsi le discours mental infernal. Lors de cette introspection, le « terrain » étant miné de charges « émotionnelles », il est donc, de bon augure d’être extrêmement bienveillant avec soi.

Au fil du temps, ces compréhensions adoucissent notre vie et nous ne subissons plus les croyances mais nous les maîtrisons.

Mise en pratique  pour décrypter les croyances

Une croyance a une valeur de vérité absolue pour l'individu. Il a érigé dessus un pouvoir qui le conditionne et le met en souffrance. En la nourrissant, il lui a donné une densité  qu’elle n’a pas en réalité. Hors, on sait que tout ce qui affaiblit est transitoire car cela ne fait pas partie de soi.

Une croyance ultime, liée au bien, est toujours facteur de bonheur alors qu'une croyance relative, associée à l’égo, a une résonnance négative.

Se poser les questions suivantes lorsque des réactions précipitées surgissent :

  • Pourquoi ai-je réagi ainsi ?
  • Qu’est-ce que je crois ?
  • Qu’est-ce je pense ?
  • Qu’est-ce que j’ai compris ?
  • Quelles conclusions en ai-je tiré ? sur moi ? sur les autres ? sur la vie ?

Toutes  les objections intérieures qui remontent sont la somme des expériences passées traumatisantes qui n’ont pas été réinterprétées et traitées.

Pour discerner le vrai du faux,  mettre en évidence les valeurs (liées à l’âme) et les croyances (liées à l’égo).

Laurence Pellan


L'auteur

Laurence Pellan est thérapeute psycho-comportementale et hypnopraticienne à Lamballe, elle partage dans ce blog, ses pensées, ses textes et ses inspirations.

Derniers Articles

Catégories

Inscription à la Newsletter

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion