UNIVERS des RESSOURCES
UNIVERS des RESSOURCES

Sur le chemin de la guérison

Recueil

Lorsque la maladie frappe à sa porte, c’est une sonnette d’alarme enjoignant à se poser. Une pause, telle une injonction, pour faire un état des lieux de sa psyché qui sature d’un « trop plein » souffrant. Le mal corporel manifeste ce que chacun semble  amené à mettre en lumière. Parfois, l’urgence claironne  sans tambour ni trompette parce les signaux avant-coureur n’ont pas été entendus ou sont restés dans le déni. Nul jugement dans ce qui arrive. Plusieurs raisons expliquent ces attitudes. Elles trouvent, bien souvent, leur origine dans l’enfance, à l’histoire de vie qui n’a pas été suffisamment prise en compte, comme un déni émotionnel sur des événements du passé. Ceux-ci se comparaient à d’autres beaucoup plus traumatisants en apparence. Ainsi, se dévoile le piège des « appâts rances ». La comparaison se justifiait comme une porte de sortie parce qu’inconsciemment,  la blessure,liée à un affect s’avérait plus profonde qu’il n’y paraissait, mais la psyché ne pouvait  la considérer dans toute son ampleur.

La maladie accule à faire le point avec soi. Il est temps, sans nul doute, d’abattre les murailles du passé, les protections de son château fort, de débrider son cœur, d’admettre ses vulnérabilités, de cesser de renier ce qui a été ressenti. Jusqu’à quand les stigmates du vécu joncheront  la route de l’existence ? L’identification aux divers rôles joués entretient et infecte les blessures parce qu’elles sont continuellement nourries. Dès lors que la santé se délite, il n’est d’autre choix que d’être sincère avec soi. Arrêter de se voiler le regard. Ecouter ce corps exprimant des maux profonds. Enlever les manteaux devenus des oripeaux à force d’être portés. Oter les chaines rouillées des boulets.

La maladie exhorte  expressément à transmuter, transcender ses « misères » égotiques sur lesquelles la persona s’appuie continuellement et donne ainsi une réalité, alors que tout cela appartient à une époque révolue. Le combat a assez duré. Le temps de la reddition s’annonce.  Chacun chemine avec ce qu’il est, cependant l’expérience invite, d’une part, à se rehausser pour observer ce qui en soi s’avère bloqué, mis de côté, et d’autre part, à une relecture « thérapeutique » de son vécu dans le but de le pacifier. Un choix  qui se consent librement. La grande illusion de l’humain est de se penser dans ce qu’il traverse. La maladie assigne clairement à une remise en ordre.

Dès lors qu’un détachement s’opère, la maladie s’aborde avec moins de crainte, même si des hauts et des bas parsèment le chemin parce que forces et faiblesses composent l’humain. Ceci dit, chacun est  acteur de sa vie et contribue à sa propre guérison en prenant conscience de ce qui se passe en lui. Soit, on stagne au niveau d’un mental limité et  miné par les peurs, soit on s’élève au niveau de l’âme pour gravir sa montagne intérieure.

 

A la Cime de Soi  

Gravir sa montagne intérieure

Lestage de ses propos diffamateurs 

Une montée semée d’expériences

Un pèlerinage en quête d’une Conscience         

Présence de failles sur le passage

Reflets de blessures sans âge

Chutes et relèves cadencent la marche

Peu importe, continuer sans relâche

Recherche de réponses en altitude

Un triomphe sur les incertitudes

Aucune reconnaissance de gloire

Juste une piste pour éclaircir son histoire

Un voyage au cœur de son humanité

Franchissement d’obstacles avec humilité

Une sortie salvatrice de sa propre prison

Un espoir de voir le soleil de sa guérison

Oser l’escalade par des goulots étroits

Ouvrant l’unique accès à la Cime de Soi

Gravir sa montagne intérieure

Un parcours vers le sommet de son Cœur         

Laurence Pellan


Articles similaires

L'auteur

Laurence Pellan est thérapeute psycho-comportementale et hypnopraticienne à Lamballe, elle partage dans ce blog, ses pensées, ses textes et ses inspirations.

Derniers Articles

Catégories

Inscription à la Newsletter

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion